[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

BARACK OBAMA



Barack Obama : la concrétisation du rêve de Martin Luther King ?

La Vision de Mamadou Vieux Diop

E-mail:  mdiop682001 at yahoo.fr

 

L’élection de Barack Obama à la présidence des États-unis d’Amérique a soulevé dans le

monde entier un immense espoir et une grande émotion. L’arrivée d’un Noir à la Maison

Blanche est le plus bel hommage qu’on pouvait rendre à Martin Luther King. Quarante ans plus

tôt, le leader du mouvement des droits civiques avait prononcé au pied du mémorial Abraham

Lincoln son fameux discours I have a dream dans lequel il appelait de ses voeux une société

plus humaine, plus fraternelle où la couleur de peau ne devrait pas être un facteur discriminant :

« je rêve que mes quatre enfants vivront un jour dans un pays où on ne les jugera pas à la

couleur de leur peau mais à la nature de leur caractère » Le soir de l’élection de Barack

Obama, le rêve de King s’est en parti réalisé. Ce qui était remarquable, c’est la communion

joyeuse de millions d’américains Blancs, Noirs, Latinos, riches et pauvres au Grant Park de

Chicago.

Vous avez sans doute remarqué l’émotion de Jesse Jackson proche collaborateur du révérend

Luther King qui était avec lui au Motel Lorraine la veille de son assassinat. Jesse Jackson

apparaissait comme un des symboles vivant du mouvement en faveur des droits civiques. Il

avait conduit avec succès l’opération baptisée « panier à Provision » qui consistait à faire

progresser l’embauche des plus déshérités de Chicago chez des commerçants Blancs.

Résultats : 900 emplois nouveaux furent accordés aux Noirs. Dans une interview parue dans

Paris Match, Jesse Jackson affirme qu’il aurait tant aimé que Martin Luther King assiste à cette

élection historique, lui qui avait dans un discours aux accents prémonitoires déclaré ceci : « Je

suis allé au sommet de la montagne et j’ai vu la Terre promise. Je ne pourrai peut-être pas y

aller. Mais nous, en tant que peuple, nous irons ».

Je boucle ce soir dans votre ville une série de conférences que j’ai eu le privilège d’animer

dans plusieurs villes de la France. J’ai essayé de montrer la continuité entre l’action du

prêcheur Noir d’Atlanta et l’engagement politique de Barack Obama. Or force est de constater

que les Etats-Unis d’Amérique, longtemps brocardés viennent de donner au monde entier une

leçon de démocratie de tolérance et d’ouverture. Le nouveau président des Etats-Unis

symbolise à lui seul la nouvelle Amérique. C’est le triomphe et la continuité du rêve américain.

Dans le premier discours du président élu, il a évoqué l’exemple de cette femme Ann Nixon

Cooper âgé de 106 ans qui a entendu le pasteur d’Atlanta dire yes we can.

Le 4 novembre 2008 les américains ont donc écrit une belle page de leur histoire. Le monde

entier a assisté à une liesse populaire lors de la proclamation des résultats des élections

présidentielles en Amérique. Nous avons vu des images émouvantes où Noirs et blancs se

donnaient la main, s’embrassaient. Nous étions une fois de plus devant la concrétisation du

rêve d’août 1963 : « je rêve que un jour, sur les rouges collines de Géorgie, les fils des anciens

esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table

de la fraternité. »

Robert Kennedy, qui avait trouvé les mots justes pour annoncer l’assassinat de Martin Luther

King avait aussi fait la promesse que d’ici quarante ans on verrait un Noir devenir président des

Etats-Unis.1 On peut donc mesurer le chemin parcouru jusqu’à cet événement historique. Ces

quelques remarques me conduisent à vous parler maintenant plus concrètement de Martin Luther King.

Merci

Mamadou Vieux Diop (BG)

mdiop682001 at yahoo.fr