[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Le Monde: l'INRA accusato di connivenza con l'industria del foie gras



Buone notizie.

È apparso ieri su Le Monde, il principale quotidiano francese, un articolo di commento alla pubblicazione del libro L'INRA aiuta il foie gras da parte dell'associazione Stop Gavage.

Il foie gras è il patè di fegato d'oca o d'anatra, ottenuto attraverso la pratica del gavage che consiste nell'ingozzare le oche e le anatre con un tubo introdotto nell'esofago per indurre un aumento della percentuale di grassi e del volume del fegato, noto come steatosi epatica.

Il libro denuncia, con dovizia di prove, il modo in cui l'industria del foie gras manipola l'INRA, Istituto Nazionale di Ricerche Agronomiche, un istituto pubblico i cui studi sono finanziati fino al 20% proprio dai produttori di foie gras e sono evidentemente non neutrali.

Mentre il rapporto della Commissione Europea del 1998 stabiliva che il gavage nuoce alla salute dei volatili (di qui l'adozione di norme molto restrittive in proposito da parte dell'UE), gli "'esperti" dell'INRA hanno successivamente prodotto studi in cui si sostiene che la steatosi prodotta dal gavage non sarebbe di natura patologica (ciò ha permesso alla Francia di ignorare bellamente le risoluzioni dell'UE).

L'articolo de Le Monde produce tra l'altro la preziosa testimonianza di un ex esperto dell'INRA, specializzato nello studio degli ormoni dello stress e attualmente in pensione, il quale afferma a proposito degli studi dell'istituto: "Si tratta di pseudo scienza e di ricerche opportunistiche, condotte da ricercatori formatisi nella mentalità dell'industria zootecnica".

Altri articoli simili sono usciti in questi giorni (Le Figaro, Le Canard enchaîné, ...)

Agnese

---

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 at 2-3228,36-850337 at 51-850420,0.html

L'INRA accusé de connivence avec la filière du foie gras

LE MONDE | 29.12.06 | Hervé Morin
   
Chaque année, en France, 30 millions de palmipèdes - essentiellement des canards - sont gavés pour produire du foie gras, mets de choix des repas de fête. Le gavage consiste à provoquer une hypertrophie du foie en introduisant, sur une douzaine de jours, de grandes quantités de maïs dans l'estomac de l'animal, à l'aide d'un tuyau, l'embuc.

Les associations de défense des animaux dénoncent cette pratique, jugée préjudiciable au bien-être du volatile. Pour combattre leurs arguments, les producteurs de foie gras se retranchent derrière des travaux de l'Institut national de recherche agronomique (INRA).

Il se trouve que les études en question sont pour partie (jusqu'à 20 %) financées par le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog), qui promeut la filière.

Dans un ouvrage très documenté, intitulé L'INRA au secours du foie gras (Editions Sentience, 274 p., 25 €), Antoine Comiti, président de l'association Stop-Gavage, décortique la façon dont certains chercheurs s'ingénient, à son sens, à produire des données dédouanant cet élevage intensif.

M. Comiti note que ces travaux visent à contredire les conclusions d'une étude publiée en 1998 par des experts auprès de la Commission européenne, qui condamnait le gavage et avait inspiré des recommandations du Conseil de l'Europe édictées en 1999. Celles-ci interdisaient le gavage dans les pays où il n'était pas encore pratiqué, prohibaient l'usage de petites cages individuelles et réclamaient des études sur des méthodes alternatives.

MORTALITÉ ÉLEVÉE

Dans une synthèse des travaux de l'INRA sur la question, présentée en 2004, des chercheurs de l'Institut concluaient que le gavage "n'apparaît pas comme un générateur important d'informations nociceptives (de douleur)", conclusions fondées sur le comportement des palmipèdes et la mesure d'hormones de stress.

"Il s'agit de pseudo-science et de recherches d'opportunité, conduites par des chercheurs élevés dans le moule de la production animale", tranche Robert Dantzer, tout juste retraité de l'INRA, où il était précisément spécialiste de ces hormones de stress. M. Dantzer, qui figurait parmi les auteurs du rapport européen de 1998, estime qu'"on ignore si la molécule en question est pertinente chez le canard en phase de gavage".

En revanche, note-t-il, il existe un indicateur de bien-être animal fort lisible, que ses collègues négligent curieusement : celui de la mortalité. Les chiffres sont pourtant disponibles, fournis par les professionnels. En 2002, après 13,4 jours de gavage en moyenne, 3 % des animaux (soit près d'un million) étaient morts, "une proportion six fois plus élevée que chez leurs congénères en élevage classique", rapporte Antoine Comiti.

"Pour le porc, lors des trois premières semaines de vie, la mortalité peut atteindre 12 %", relativise, curieusement, Patrick Herpin, directeur scientifique adjoint à la production animale. Il rappelle que l'INRA dispose d'un comité d'éthique et d'un groupe baptisé Agri bien-être animal. En 2006, ce réseau de chercheurs disposait d'un budget de 5 400 euros, "totalement insuffisant pour conduire des recherches autonomes", déplore Antoine Comiti.

Conscient que sa proximité avec le monde agricole peut engendrer des conflits d'intérêt, l'INRA prévoit, depuis plusieurs années, d'élaborer une charte de partenariat socio-économique et d'instaurer un système de "déclaration d'intérêt" pour ses chercheurs.

Dans l'immédiat, la direction scientifique a proposé un rendez-vous, le 24 janvier, à Antoine Comiti. Végétarien revendiqué, le président de Stop-Gavage estime que des connivences existent avec d'autres filières de production animale et souhaite, à travers l'exemple du gavage, "poser la question de ce qu'il est légitime de faire aux animaux pour les manger".